TÉLÉCHARGER FILM ELEPHANT GUS VAN SANT GRATUIT

Un matin d'automne dans l'Oregon. Dans une allée bordée d'arbres, une voiture zigzague et en heurte une autre garée sur le bas côté, freine brusquement pour éviter un cycliste et finalement s'arrête en heurtant un trottoir 2 Carton : John. Un jeune homme aux cheveux décolorés, habillé d'un tee-shirt jaune marqué d'une tête de taureau noir, prend les clés de la voiture. Celle-ci était conduite par son père, manifestement ivre.

Nom:film elephant gus van sant
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:27.1 MBytes



Afficher plus Naviguer Fermer Prix de la mise en scène ainsi que Palme d'Or au Festival de Cannes en , le film raconte un massacre dans un lycée américain. Une référence directe à la fusillade du lycée Columbine de , où douze adolescents et un professeur sont abattus par deux lycéens. Un film comme un kaléidoscope, basé sur le quotidien des adolescents, posant un regard intrigué et effrayé sur une tuerie. Machine contemplative, le film interroge la violence et ses raisons, et le réalisateur Gus Van Sant invoque des éléments de réponses à l'écran.

Synopsis C'est un jour ordinaire d'automne dans un collège d'une petite ville américaine aux pelouses ratissées devant des pavillons individuels, comme on en a tant vu au cinéma. C'est un matin ordinaire, rythmé par le ronron de l'école. Pourtant, la paix sera bientôt troublée. Bientôt, ce sera le massacre. Dans peu de temps, deux adolescents commettront l'irréparable. Au bout d'un de ces couloirs bien éclairés, dans une classe, ils entreront et massacreront leurs camarades.

On le sait parce que l'horreur est sous tension et parce que le film vient après la tuerie de Columbine. Puisqu'on sait que le carnage aura lieu, la seule question que peut se poser le spectateur est de se demander qui en sera l'auteur.

Les dix dernières minutes du film donnent la réponse. La tuerie ouvre le pan à la barbarie, et à l'incompréhension la plus totale. Le titre Drôle de nom, "Elephant", pour un film qui a comme sujet une violence aveugle. Il y a plusieurs interprétations à ce titre particulier. Plusieurs sont données par le réalisateur en personne.

Une référence directe du réalisateur à la gestion politique déplorable des violences à l'école. Quelque chose de si gros qu'on ne peut pas passer à côté sans le voir et pourtant on fait semblant de l'ignorer. Dans cette histoire, des aveugles tâtent différentes parties d'un éléphant, et chacun est convaincu de posséder la vérité. Pour un autre qui a touché une patte, l'éléphant est un arbre. Aucun ne détient la vision d'ensemble capable de l'informer qu'il s'agit bien d'un éléphant.

Pour le cinéaste, la vague de folie meurtrière qui a secoué les écoles américaines à la fin des années 90 est un éléphant. Une violence multiple, un problème difficile à cerner en raison des différentes façons de l'appréhender. C'est pourquoi Gus Van Sant propose une vision en kaléidoscope de cette violence. Il n'a pas la prétention de faire le tour de la question ni de fournir des explications à cette flambée de violence hypermédiatisée. Il sème juste des hypothèses, qui évoluent au fil d'un récit hors normes.

Je ne voulais surtout pas m'interposer entre les événements et le spectateur. En faisant cela, on l'empêche de faire sa propre lecture, on devient trop préoccupé à le guider. Moi j'ai voulu de l'espace pour réagir.

Le massacre fera 13 morts, 24 blessés. Les deux tueurs se suicideront. Ils avaient 18 ans. L'événement crée une psychose sociale sans précédent. Et à travers toute cette couverture médiatique, il n'y avait vraiment qu'une interprétation dramatique, même si, d'une certaine façon, le journalisme et la dramatique tendent de plus en plus à fusionner", se souvient le réalisateur. L'événement inspire immédiatement le cinéaste documentaliste Michael Moore.

Mais Gus Van Sant va faire autre chose. Il choisit, par la voie de la fiction, de restituer l'une de ces journées banales où soudainement le ciel s'assombrit. Où tout bascule. À l'origine, ça devait être un film de télévision, produit par une des chaînes de télévision majeures, mais il s'est avéré le temps passant que c'était un sujet trop brûlant. Après des années à essayer de placer le film, je me suis rendu compte que HBO était à même de poser un regard critique sur Columbine, et sur la violence.

Ils ne pouvaient pas faire Columbine, mais ils pouvaient faire "Elephant". Il veut être artiste peintre, plasticien. Il sort diplômé de la Rhodes Islande School of Design en Rien ne le prédestinait à une carrière de réalisateur.

Gus Van Sant. A Portland, en , il est preneur de son sur le tournage du film "Property", le premier film de Penny Allen qui met en scène, dans leurs propres rôles des artistes de Beat Generation. C'est là que Gus Van Sant découvre Walt Curtis, poète et romancier dont le livre semi-autobiographique, "Mala Noche", va le passionner.

Gus Van Sant retourne à New York, travaille pour un publicitaire. Il arrive à économiser plusieurs milliers de dollars et décide d'adapter "Mala Noche" au cinéma, ce livre qui l'a tant marqué. Mais surtout, il cherche une raison pour retourner à Portland. Le film raconte l'histoire d'un amour non réciproque entre deux clandestins mexicains.

Tourné rapidement, 90 plans par jours, le film est présentés dans la section panorama du Festival de Berlin en et dans les festivals gays aux Etats-Unis, dont celui de Los Angeles. C'est grâce à cette projection que Gus Van Sant trouve un agent et que son film suivant, "Drugstore Cowboy", est produit en Suit "My Own Private Idaho" en Deux films indépendants à l'esprit underground. Hollywood frétille. Gus van Sant est représentatif d'un certain cinéma de contradiction. Tout le monde le veut. Les deux acteurs y sont également scénaristes.

Le film est un vrai succès et remporte deux Oscars. Ce sera un échec cuisant. Mais cette expérience lui permet de quitter Hollywood et ses grandes machineries pour retourner vers ses premières amours et son indépendance. Il commence en sa tétralogie de la mort.

Il trouve sa voie, son succès. Des décors naturels, des adolescents de Portland, dans un vrai lycée. Ils sont 2' à se présenter pour un premier casting. Gus Van Sant en gardera quelques dizaines.

Mais ils reviennent de manière récurrente. Ils sont comme des muses. Après le casting, Gus Van Sant demande aux adolescents choisis de se raconter, face caméra.

Ils se mettent à détailler leurs expériences, à déballer leurs états d'âme. À partir de leurs témoignages, de leur propre histoire, les personnages de "Elephant" apparaissent peu à peu. C'est le canevas sur lequel s'improvisera le film. Et pour renforcer ce principe de réalité, ceux qui interprètent les personnages principaux gardent leurs prénoms. Le cinéaste laisse ensuite toute latitude aux acteurs pour créer ou modifier les dialogues.

Tout est naturel. Le film est tourné à la Whitake Middle School à Portland, ville où réside le réalisateur. Un lycée anonyme où élèves deviennent acteurs. Entre la cafétéria, la bibliothèque, le terrain de football, le laboratoire de photo, les jeunes se croisent, circulent, se recroisent.

Ce train-train quotidien subitement déraille lorsque deux élèves pénètrent dans l'établissement armés jusqu'aux dents. Du jamais vu. Le règlement a été violé pour lui, selon les mots du président du festival. En Europe, le film connaît un immense succès, et en Suisse, les critiques s'enthousiasment.

TÉLÉCHARGER KIFF NO BEAT ILS ONT DIT MP3 GRATUIT GRATUITEMENT

Elephant a 15 ans : 5 choses à savoir sur la Palme d’Or de Gus Van Sant

Pour chacun des élèves, le lycée représente une expérience différente, enrichissante ou amicale pour les uns, traumatisante, solitaire ou difficile pour les autres. Cette journée semble ordinaire, et pourtant le drame couve… Violence et adolescence. Elephant est, pour moi, de celles-là. Je garderai toujours en mémoire mon état en sortie de salle, mélange de flottement, provoqué par la poésie du film, et de torpeur, liée à sa violence.

TÉLÉCHARGER SCANNER DESHABILLANT GRATUIT POUR ANDROID GRATUITEMENT

Afficher plus Naviguer Fermer Prix de la mise en scène ainsi que Palme d'Or au Festival de Cannes en , le film raconte un massacre dans un lycée américain. Une référence directe à la fusillade du lycée Columbine de , où douze adolescents et un professeur sont abattus par deux lycéens. Un film comme un kaléidoscope, basé sur le quotidien des adolescents, posant un regard intrigué et effrayé sur une tuerie. Machine contemplative, le film interroge la violence et ses raisons, et le réalisateur Gus Van Sant invoque des éléments de réponses à l'écran. Synopsis C'est un jour ordinaire d'automne dans un collège d'une petite ville américaine aux pelouses ratissées devant des pavillons individuels, comme on en a tant vu au cinéma.

TÉLÉCHARGER MEDIACODER PATCH FRANCAIS GRATUITEMENT

Le 20 avril , deux lycéens massacraient froidement une quinzaine de leurs camarades au lycée Columbine, aux Etats-Unis. Dans Bowling for Columbine, Michael Moore s'est emparé de cette tragédie pour un documentaire centrifuge partant du noyau Columbine pour déployer une interrogation plus vaste sur la nature profonde de la société américaine. Michael Moore se rangeait là dans le camp de la quête du sens, de la rationalité, les pieds plus largement posés dans les sciences humaines que dans l'art. Dans Elephant, Gus Van Sant opte pour un tout autre geste artistique, orchestrant un film centripète concentré temporellement et spatialement dans le noyau du fait divers, tout en excluant la singularité du fait au profit du paradigme la ville et le nom du lycée ne sont jamais précisés dans le film , pour une rêverie poétique et personnelle, à la fois concrète et abstraite. Van Sant propose une autre forme d'appréhension de l'événement, une approche artistique et sensorielle plutôt que sociologique et explicative, une forme qui mélange concept et liberté, rigueur et poésie avec une virtuosité et une grâce proprement sidérantes.

TÉLÉCHARGER DREAMIN YOUSSOUPHA FEAT INDILA MP3 GRATUIT GRATUITEMENT

Suivre son activité abonnés Lire ses critiques 1,0 Publiée le 10 juillet Deuxième visionnage et je ne lui trouve toujours aucun intérêt. Et j'irais même jusqu'à dire qu'il est très malsain car on attend connement les 10 dernières minutes, afin que la tuerie commence enfin après 1h10 d'ennui profond. Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 35 critiques 2,5 Publiée le 30 octobre Comment un sujet aussi dramatique et lourd de conséquences que le massacre de Columbine aurait bien pu être "adapté" au cinéma? En , Gus Van Sant se lance le pari avec Elephant, mais malheureusement, le résultat final peut nous laisser quelque peu insatisfait. Au-delà de l'esthétique parfaite, d'une réalisation osée et d'un montage très intelligent jouant sur le vécu des personnages que ce soit avant, pendant et après, tout en Lire plus 4,5 Publiée le 25 juillet Franchement c'est inutile de regarder le film si vous n'avez pas compris que c'est basé sur une histoire vraie et de poster une critique sans comprendre que c'est un film pour bien montrer que dans la vie de tous les jours c'est-à-dire une journée normale dans une vie normale ça se passe lentement c'est long pour certaines personnes plus que d'autres.

Similaire